top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurEmilie Jiminiga

LES DOUZE COUPS DE DA M’A DIT

 

J'espère que vous avez tous bien débuté cette nouvelle année 2024. Pour ceux auxquels nous n’avons pas encore présenté nos vœux, permettez moi de vous les adresser au nom de Da m’a dit. Nous souhaitons que vous ayez à cœur de partager des relations florissantes, une paix intérieure, un désir de bâtir un monde meilleur, le tout en excellente santé. En ce qui concerne Da m’a dit, on peut affirmer que nos objectifs de l’année 2023 ont été pleinement atteints.

- Émilie Jiminiga, Présidente Da M'a Dit

 

Du rêve à sa réalisation, il nous a fallu 12 ans

Au cours des trois premières années il a fallu créer une association, convaincre les acteurs de la pertinence du projet, rédiger le projet, rassembler les moyens humains, financiers et logistiques. Cela a demandé, au-delà de la volonté de faire de l’humanitaire, une foi sans limite. Cette foi qui conforte la détermination face aux obstacles rencontrés. Puis les trois années suivantes ont été le temps d‘accomplissements : l’installation d’un forage donnant accès à l’eau potable, la construction du centre en 2016, l’obtention de l’agrément du ministère de la santé comme centre de prévention sanitaire et sociale du couple mère enfant en 2017, et enfin la mise en place des outils de gestion en 2018. Ce fut un véritable parcours du combattant. Mettre en place un centre de santé proposant exclusivement de la prévention a été un réel défi : Prévenir les maladies infantiles, la malnutrition, le paludisme, le diabète, l’hypertension, les infections sexuellement transmissibles, l’échec scolaire etc... nécessitent beaucoup de sensibilisation, de communication et d’information. Ces différents défis nous les avons relevés grâce à la fidélité de nos adhérents, de nos donateurs de notre équipe de terrain.


Aujourd’hui nous pouvons avec fierté dire que Da m’a dit a réussi à imposer sa vision de la médecine préventive dans la région de Kloto. Nos actions ont progressivement engendré des changements de mentalité qui se traduisent par des changements de comportement à l'échelle familiale.


Quelques témoignages de nos usagers :
  • Adjovi, une fillette de 4 ans vient jouer régulièrement après l’école ou pendant les vacances scolaires à la ludothèque du centre. Bernadette, chargée du pôle santé fait souvent des exposés sur l’hygiène corporelle et l’importance de se laver les mains dès qu‘on vient de l’extérieur et surtout avant de manger. Le père d Adjovi rentre du travail ; arrive le moment du dîner. Ce dernier saisit sa cuillère pour manger et Adjovi lui dit « mais papa tu ne t’es pas lavé les mains ». Il lui répond : « Adjovi je vais utiliser une cuillère pour manger c´est la raison pour laquelle je n’ai pas jugé bon de me laver les mains ». Adjo rétorque mais à Da m’a dit on nous a dit de se laver les mains quand on vient de l’extérieur pour ne pas ramener des microbes à l’intérieur. Le Papa surpris est venu nous rapporter ce témoignage en ajoutant qu’il pensait que les enfants venaient simplement jouer au centre qu’il ne savait pas qu’ils apprenaient de bonnes manières. Après avoir encouragé l’équipe à poursuivre ses efforts il a visité le centre et s'est abonné à notre bibliothèque.

  • Clovis 5 ans dit à sa maman qu’il ne faut pas laisser les lumières allumées lorsqu’on sort d’une pièce. Sa maman lui dit mais j'allais revenir dans la pièce. Clovis lui répond qu’à Da m’a dit on nous a dit qu’il faut éteindre quand on sort d’une pièce.

  • Afi 12 ans reprend sa copine Yao qui vient de jeter son sachet par terre devant le centre. « Ramasse le vite lui dit-elle ; tu ne sais pas qu’il y a des poubelles dans le centre ? Da m’a dit nous dit souvent que nous sommes responsables de l’hygiène de notre environnement ; les déchets et les papiers se mettent à la poubelle ».

  • Mme K. : après la naissance de son 5ème enfant vient se confier à Bernadette notre aide-soignante. Elle est épuisée et souhaite espacer ses grossesses. Elle reste persuadée que son épuisement est lié aux multiples grossesses rapprochées. Elle est informée des différents moyens de contraception qui existent. Après plusieurs interrogations, elle est orientée vers l’hôpital pour un dispositif intra utérin. Lors d'un atelier de causerie débat organisé au centre, Mme K explique aux autres femmes présentes la liberté d’esprit qu’elle a de savoir qu’elle peut désormais gérer ses maternités.

  • Lors d’une sensibilisation avec Da m’a dit mobile au village de Govu, Mr G. accompagne un de ses amis qui souffre de migraine afin qu’il fasse contrôler sa tension artérielle. Il lui explique que grâce à notre dépistage il avait été orienté et traité pour un diabète alors qu’il ignorait qu’il était diabétique. Il avait également retenu, grâce aux explications de l’équipe, que les migraines pouvaient être causées par une hypertension et que les conséquences d'une hypertension non traitée pouvaient être fâcheuses.


Le fonctionnement de ce centre, qui, nous l’espérons, deviendra un jour un centre- pilote dans tout le Togo, repose essentiellement, jusqu’à ce jour sur le soutien financier de nos adhérents. Tant que nous continuerons à apporter du mieux-être aux plus démunis nous aurons fait notre part comme le colibri.



RAPPORT D’ACTIVITÉS
Au Togo

Les activités du centre qui consistent à faire de la prévention sanitaire et sociale auprès des familles se poursuivent en impactant toujours plus positivement les populations

  • Da m’a dit mobile nous permet d’avoir une meilleure visibilité de la concrétisation de nos actions

  • Le projet APEJA (Accompagnement et Pérennisation de l'Éducation de la Jeune Adolescente) initié en 2020, en pleine épidémie de Covid a évolué. Il avait été mis en place avec nos partenaires de « Revenir Autrement » et de « New Generation ». Sur nos 20 lycéennes sélectionnées 6 ont quitté le projet car elles ont déménagées. Sur les 14 restantes, 13 ont obtenu leur baccalauréat et pour la plupart avec mention. C'est une fierté pour Da m’a dit.

Elles ont été récompensées par 4 beaux romans écrits par des auteurs féministes qui ont traversé le temps :

  • « Une si longue lettre » de Mariama BA

  • « Le ventre de l’Atlantique » de Fatou DIOME

  • « Lim’Da » de Sophie AZIMTI

  • « Contes d’Amour » de Rogo Koffi FIANGOR.

Nous avons délibérément choisi des autrices pour leur montrer que l’écriture est accessible à tous les genres. Elles ont eu l'opportunité d'échanger avec Sophie AZIMTI venue spécialement de Lomé pour dédicacer son ouvrage. Les thématiques abordées par ces autrices donnent une ouverture sur l’évolution de la condition féminine depuis 4 générations. Peut-être avons-nous suscité des vocations pour nos nouvelles bachelières !! Affaire à suivre.

Les Davi de Da m’a dit deviendront des Da qui diront. Sur les 20 collégiennes, 3 ont quitté le projet (1 grossesse et 2 déménagements) ; les 17 autres sont en classe de 3ème et préparent avec ardeur le Brevet des collèges, prévu en juin 2024. Avec nos partenaires nous avons offert à toutes nos filles du projet, en plus de kits scolaires, 3 jours de colo-découverte de la faune et de la flore dans la région de Kloto. Ces trois journées de loisirs étaient ponctuées par des temps de stage, de danse, de musique, d’initiation au cirque et de révision.


En France

Nous avons démarré l’année 2023 par une soirée autour de la galette des rois et nous l’avons terminée par un super Gala en novembre, notre soirée UBUNTU. Ces deux grosses actions nous ont permis de récolter des fonds pour la gestion du centre et également d’accueillir de nouveaux adhérents.


Le mot de la fin

Da m’a dit a pendant ces douze dernières années donné le ton d'une médecine préventive dont le coût est moindre par rapport au curatif. Cependant, cela demande un investissement que nous ne pouvons garantir. Sa pérennité va dépendre des philanthropes qui voudront bien le porter avec nous. Je terminerai par cette pensée d'Albert Schweitzer : «Que chacun s'efforce dans le milieu où il se trouve de témoigner à l’autre une véritable humanité car de quelque côté qu’un homme se tourne, il en trouvera un qui a besoin de lui.»

Soyez bénis !



Perspectives 2024
  • Poursuivre les actions en cours

  • Sélectionner 20 filles de CM2, futures collegiennes, lauréates du certificat d'études primaires

  • Organiser une colo-découverte sur une durée de plus de 3 jours.



Ps: Notre cause vous intéresse?


Rejoignez-nous ou soutenez-nous. Toutes les informations sur www.damadit.com 


Ou en renvoyant les formulaires suivants à l'adresse:

Association Da m’a dit 32 rue Francoeur 91170 VIRY CHÂTILLON


 

Formulaire d'adhésion


adhésion
.pdf
Download PDF • 194KB

 

Cette Newsletter est aussi disponible en format PDF


newsletter 13
.pdf
Download PDF • 6.05MB

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page